Communauté Huiloc Patacancha : mantas et teinture de la laine

La rencontre avec la communauté de Huiloc Patacancha fut décisive dans l’avancée d’Ayud’Art en matière de commerce éthique. Un tournant, un bouleversement, une prise de conscience.

Sur le chemin qui mène à la communauté d’abord, ces deux heures de routes sans croiser un commerce, un hôpital, cet éloignement qui rapproche de soi, rend fort et fragile.

En rencontrant la communauté ensuite, la langue Quechua, la pureté des gestes, la force des traditions.

On questionnait là bien autre chose que la fabrication d’artisanat. Ces 96 personnes, tout d’un coup, devenaient les ambassadeurs de ces peuples auxquels, au fil des âges, l’histoire a trop souvent fait violence, fragilisés, menacés par l’avancée inexorable de la modernité. La culture de Huiloc se donne à voir, elle enrichit de sa part de beauté et de vérité. Elle dégage avec force une conviction d’égale dignité, loin des stéréotypes du « sauvage » ou du « primitif ».

Ayud’Art a décidé de photographier, de filmer Huiloc, loin de tout voyeurisme, pour faire comprendre la valeur éminente de ces cultures différentes, parfois englouties, souvent menacées, ces « fleurs fragiles de la différence ». L’acte portait soudainement un message profond, un condensé de refus de l’ethnocentrisme. Rejeter d’un bloc ce faux évolutionnisme qui prétend que certains peuples seraient comme figés à un stade antérieur de l’évolution humaine, que leurs cultures dites « primitives » ne vaudraient que comme objets d’étude pour l’ethnologue. Les membres de la communauté de Huiloc sont dépositaires de sagesses ancestrales, d’un imaginaire raffiné, peuplé de mythes merveilleux, de hautes expressions artistiques dont les chefs-d’œuvre n’ont rien à envier aux plus belles productions de l’art occidental.

Entrer en contact avec la communauté de Huiloc et lui offrir une belle place sur les stands d’Ayud’Art, cela a quelque chose qui dépasse largement le commerce, cela fait dialoguer les différences, cela entrelace les fils de l’aventure humaine, cela porte et haut et beau la valeur de l’altérité.

Alors que le 21ème siècle semble tâtonner à la recherche d’un modèle de développement qui préserve notre environnement, voir ces femmes et ces hommes maîtriser les ressources naturelles de l’herboristerie à ciel ouvert qui les entoure, fut un des moments de grâce de l’avancée d’Ayud’Art en matière de commerce éthique.

Parce que nous pensons que cette diversité est un trésor que nous devons plus que jamais préserver, nous sommes fiers et heureux de vous présenter la communauté de Huiloc Patacancha et son travail.

La communauté de Huilloc Patacancha. A chaque graine, pierre, feuille, cochenille sa couleur. Des femmes qui ne parlent que Quechua nous présentent leur travail
Des spécialistes de la teinture naturelle. La laine trempe dans le de l'eau bouillante avec les précieux ingrédients. et se colore
dans des gammes uniques sans aucun ajout chimique. Selon des traditions ancestrales, en famille. Dans un étonnant ballet de couleurs.